[Metrodiff-edu] Fwd: [Theuth] Agnotologie, geneses de l'ignorance: colloque 13-15 juin Paris

Marie-Ange COTTERET mac at vaour.net
Dim 9 Juin 12:52:03 CEST 2013


Bonjour,

Voici un colloque bien intéressant. Si l'on prend comme exemple la 
culture métrologique, elle entrerait, en tant que connaissance générale 
et partagée, de plein pied dans cette nouvelle science.

amicalement
Marie-Ange



-------- Message original --------
Sujet: [Theuth] Agnotologie, geneses de l'ignorance: colloque 13-15 juin 
Paris
Date : Sun, 9 Jun 2013 11:44:48 +0200
De : Daniel Andler <Daniel.Andler at ens.fr>
Répondre à : Daniel Andler <Daniel.Andler at ens.fr>
Pour : Theuth Theuth <theuth at listes.univ-rennes1.fr>

Agnotologie, genèses de l’ignorance

Agnotology, Geneses of Ignorance



Colloque international organisé par
Daniel Andler (Université Paris-Sorbonne), Martin Carrier (Bielefeld 
University),
Mathias Girel (École normale supérieure, Paris)


13-15 juin 2013
Université Paris-Sorbonne /École normale supérieure - PSL*
(Paris Sciences et Lettres, Sorbonne et Maison de la Recherche)


L’ « agnotologie » est l’étude des processus de production et de 
maintien de l'ignorance. Ce domaine, créé par Robert Proctor il y a une 
vingtaine d'’années, a donné lieu à une première série de travaux 
motivés par la volonté de débusquer et de dénoncer la fabrication 
délibérée et la perpétuation intentionnelle de l'’ignorance. L'’accent, 
dans une première phase, était mis sur les manœoeuvres de monde de 
l'’entreprise et de groupes de pression destinées à alimenter le doute 
sur certaines découvertes scientifiques, en sorte de faire obstacle à 
l’'action politique et à favoriser des habitudes de consommation 
(tabac, sucre
) ou des pratiques industrielles (amiante, dioxine
) aussi 
profitables que nuisibles. Les secrets industriels ou militaires sont un 
autre mécanisme d'’ignorance volontaire dont l’étude relève de 
l’'agnotologie.

L'’agnotologie est l’'envers de l’épistémologie : elle étudie les bases 
conceptuelles et la genèse socio-historique de l’'ignorance, ce que 
fait l'’épistémologie à l'’égard du savoir. La symétrie 'n’est cependant 
pas parfaite, car les producteurs d'’ignorance sont rarement amenés à 
produire du savoir, alors que les producteurs de savoir sont entourés de 
vastes étendues d'’ignorance, qu’e'lles soient restées hors de la 
portée de l'’enquête ou qu’elles aient été créées par elle. C’e'st ainsi 
que la coupable industrie de l'’ignorance intentionnelle profite de la 
production « naturelle » d’'ignorance pas la science,

Le colloque international organisé par Martin Carrier au ZiF de 
Bielefeld en juin 2011 était surtout consacré à la thématique et à la 
motivation originelles de l’'agnotologie. L'’intention qui préside au 
présent colloque, deux ans plus tard, est d’élargir la perspective aux 
genèses de l'’ignorance, qu’elles soient ou non accompagnées 
d’'intentions pernicieuses, et d'’enrôler les ressources de la 
philosophie pour clarifier le statut et la dynamique de l’'ignorance, 
à l'’heure où un tel accent est mis sur la production et la 
dissémination du savoir. Parmi les questions que l’'épistémologie a 
clairement dégagées, et qui dictent une partie de l'’ordre du jour de 
l'’agnotologie, on peut mentionner : les relations transcendantales (au 
sens kantien), les limitations cognitives, l’'incommensurabilité 
sémantique. L'’épistémologie sociale suggère d’autres questions, telles 
que les fonctions sociales de l’'ignorance et le droit à l'’ignorance, 
ou encore l’« ignorance de terrain », conçue comme l'’état épistémique 
appauvri inhérent à la situation de l’'agent en fin de ligne — 
enseignant, médecine, agriculteur, homme politique, entrepreneur, engagé 
dans l’'action : comment gérer cette sorte d'’ignorance ? La science et 
la société peuvent-elles résoudre ce problème et comment ?


Programme provisoire / Provisional program


Jeudi 13 juin (Amphithéâtre de Paris Sciences et Lettres, 62 bis, rue 
Gay-Lussac, 75005 Paris)



Matin

Président de séance : Sophie Roux

9h30 : Accueil

10h : Martin Carrier (Bielefeld, ZiF), Agnotological Challenges: 
Selecting Research Topics and Assessing Hypotheses Objectively

11h30 : Mathias Girel (ENS, Centre Cavaillès), Reliability Assessments 
in Court: Undermining Scientific Certainty?



Après-midi

14h30 : Fabien Mikol (Paris-Sorbonne, SND), Williamson and the Fitch 
paradox : How knowledge affects the unknown

15h30 : Jean-Baptiste Rauzy (Paris-Sorbonne, SND), Entitlement, 
superassertability and ignorance

17h15 : Catherine Laurent (INRA, SAD-APT), Selective ignorance in 
research programmes and the weapon of junk science



Vendredi 14 (salle de conférence, Maison de la recherche, 28, rue 
Serpente, 75006)



Matin

Président de séance : Francis Wolff

9h30 : Roy Sorensen (Washington University in Saint-Louis), Contagious 
blindspots, Formal ignorance spreads to peers

11h : Paul Hoyninghen-Huene (University of Hanover), Incommensurability 
and opaque ignorance



Après-midi

Président de séance : Jacques Dubucs

14h : Paul-André Rosental (Sciences Po & INED, Paris), Never say 
‘never again’. Occupational diseases as a Sysiphean category

15h30 : Jessica Riskin (Stanford University), How the Mouse Lost its 
Tail: A Brief History of Lamarckophobia

17h15 : Daniel Andler (Paris-Sorbonne, SND), How dubious ignorance 
piggybacks on fragile knowledge: The case of neuromyths



Samedi 15 (salle des Actes, Sorbonne, 54 rue St-Jacques ou Place de la 
Sorbonne)



Session thématique/Thematic session : L’ignorance en médecine / 
Ignorance in medicine

10h : Présentation des enjeux, par Daniel Andler

10h15 : David Teira (UNED, Madrid), Managing ignorance for regulatory 
purposes in the pharmaceutical market

Interventions d’Anne Fagot-Largeault (Collège de France, sous réserve) 
et Federica Russo (Université Catholique de Louvain)

12h30 : fin du colloque







Plus d'informations sur la liste de diffusion Metrodiff-edu